« Anton le barbare » (novembre 2008)

Anton le barbare a été tourné en novembre 2008. Le personnage interprété par Notna-Cram Levalc est librement inspiré de Conan le Barbare (ou Conan le Cimmérien) créé par  Robert E. Howard. C’est le premier film cintenant des effets spéciaux numériques et des décors naturels gigantesques d’Ertemel Production.

En effet, même avec un budget modeste (deux acteurs jouent respectivement trois et deux personnages), la réalisation finale dépasse toutes les attentes des spectateurs. Le film place Notnacram Levalc en vedette, épaulé par Imer Ertemel et Mit Iccot durant de longues prises. On y aperçoit aussi Nitsugua Taniom, Etaga Ertemel et Siuol-Erreip Levalc (qui joue pour la première fois chez Ertemel Production).

« Entre les temps où les océans engloutirent l’Atlantide et l’avènement des fils d’Arius, il y eut une époque inouïe, celle où Anton s’avance destiné à porter la précieuse couronne d’Aquilonie sur son front troublé. Moi seul, son chroniqueur, peut vous conter cette épopée. Je vous raconterai ces jours de grande aventure… »

« Anton le Barbare » a été tourné en deux jours, grâce à la forte exaltation qui poussait les producteurs (Niavlys, Imer et Notnacram), et qui les fit même se lever à 6h30 un 11 novembre pour filmer la brume (naturelle, sans colorants ajoutés).

Grâce à une connaissance approfondie du terrain , Notna-Cram sut indiquer au réalisateur tous les recoins de la plaine pour le tournage. Les décors du film sont en effet marqués par un très grande diversité, rarement égalée depuis dans l’histoire du studio.

Surtout, Notna-Cram Levalc offre ici l’un des sommets de sa carrière d’acteur, qui lui assura une renommée presque inégalée depuis au sein des films Ertemel Production. Sa splendide interprétation est en plus triple : il joue à la fois Anton, son frère, et le mage Zhaï-Zou.

Ceci ne fut possible que grâce à une hibernation prolongée de l’acteur, coupé de la civilisation, dans les bois pendant de longues périodes (c’est aussi de là qu’il sort ses cris gutturaux, originairement utilisés pour faire fuir les sangliers et les loups). En duo avec Imer, leur jeu dépasse toute attente, et si l’on ajoute les effets spéciaux de la scène de combat de sorciers, le résultat est tout simplement… magique.

Le décor de l’arbre écroulé fut une exceptionnelle opportunité puisqu’à l’origine, il était prévu que la scène de la rencontre du barbare avec le magicien soit tournée à côté d’un arbre blanc, très grand et très impressionnant… qui s’est écroulé la veille du tournage. La scène tournée dans les égouts où Anton trouve son épée a été assez longue à préparer, puisqu’il a fallu mettre en place tout un jeu de lumières à l’aide de bougies. Mit Iccot y jouait même une statue qui tenait dans ses paumes deux bougies, mais il n’était pas assez éclairé pour être capté par la caméra. En renfort, Imer Ertemel maniait une lampe-torche durant l’enregistrement vidéo.

ANALYSE

La fin du film fut assez dure à interpréter pour un grand nombre des spectateurs. On y observe un clin d’œil au film précédent du studio par le biais du personnage à vélo joué par Nitsugua Taniom (peut-être est-ce celui qui s’échappe à la fin de « Missions » ?), mais le massacre (double de surcroît) plonge le spectateur dans la plus grande perplexité. Il faut, en effet, faire attention à de nombreux détails tout au long du film pour en comprendre la fin (un panonceau « propriété privée », une caravane blanche ou quelques divers éléments de béton).

Il faut voir Anton comme un nouveau Don Quichotte des temps modernes. Véritable sauvage qui refuse de voir la réalité du monde dans lequel il vit, jusqu’à ce que le cycliste à l’agonie prononce ces paroles restées mythiques : « Ouvre les yeux : tu n’es pas à ta place dans ce monde ». Une réplique qui permet à ce réfractaire de la modernité (ou peut-être ce simplet bourru ?) et aux spectateurs de comprendre la situation du barbare. Loin d’apparaître pathétique de par cette révélation, la profonde réflexion et la charge finale glorifient le barbare, qui reste noble et vaillant jusqu’au bout. Que comprendre de cette fin ouverte ? Anton rentrera-t-il dans le monde réel ? Persistera-t-il dans son imaginaire ? Au spectateur de choisir…

Ce film d’Ertemel Production a remporté un incroyable succès puisqu’il a raflé pas moins de dix Ertemel awards sur les onze nominations qu’il avait remporté. Un parcours presque sans faute !

Récompenses:

– Ertemel award du Meilleur acteur toute catégorie
– Ertemel award du Meilleur acteur
– Ertemel award du Meilleur second rôle masculin
– Ertemel award du Meilleur espoir
– Ertemel award du Meilleur costume
– Ertemel award du Meilleur décor
– Ertemel award du Meilleur bande-sonore
– Ertemel award du Meilleur bande-annonce
– Ertemel award du Meilleur montage
– Ertemel award du Meilleur film

Bande-annonce :

Cliquez ici pour voir la bande-annonce

Le film :

Cliquez ici pour voir le film

Publicités

6 réponses à “« Anton le barbare » (novembre 2008)

  1. Pingback: « Missions  (août 2008) « Ertemel Production·

  2. Pingback: « Insequor  (février 2009) « Ertemel Production·

  3. Pingback: Nitsugua Taniom « Ertemel Production·

  4. Pingback: Notna-Cram Levalc « Ertemel Production·

  5. Pingback: Imer Ertemel « Ertemel Production·

  6. Pingback: Mit Iccot « Ertemel Production·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s