« Insequor » (février 2009)

Insequor a été tourné exclusivement de nuit le 17 janvier et le 17 février, à l’exception de la bande-annonce . Niavlys Ertemel a repris les acteurs d’« Anton le Barbare« , pour raconter une histoire finalement assez proche de celle des aventures du barbare. Une transposition du mythe d’Anton dans le futur ? La bande-annonce qui est une véritable « préquelle » au film a été réalisée par Notna-Cram Levalc.

ANALYSE

« Insequor«  est un film riche en interprétations et porteur de multiples symboles. Pour commencer, le plus frappant est le sombre futur qui y est présenté : toutes les scènes se déroulent dans le noir de  la nuit, éclairées seulement de quelques lumières éparses (lampadaires, phares des voitures). Les décors, glauques, sont couverts de tags, la voiture de Valcel est toute déglinguée. Ceci peut-être mis en relation avec la situation actuelle des acteurs et du réalisateur : en pleine période de choix d’orientation et de crise financière, peut-être est-ce le malaise face à leur futur incertain qui est ici évoqué. Mais ce film est aussi empreint d’un message d’espoir : comment ne pas voir dans l’allumage soudain d’un néon ou le plan final, lorsque Bruno Valcel lève les yeux vers un lampadaire, la révélation des réponses aux questions de la vie ? Les scènes avec Popi renforcent cette positivité qui contrebalance le noir futur peint : Niavlys Ertemel veut sûrement nous rappeler qu’il existe en chaque homme, même le plus brutal et violent, une part de tendresse et d’amour.

 

Mais « Insequor » n’est pas que cela, loin de là : c’est aussi un film riche en doubles sens et effets miroirs : on peut le remarquer par exemple dans la bande-annonce, où Bruno en se levant lance sur son écran le début du film « Insequor« … Mise en abyme éminemment subtile, qui fait écho avec la fin du film où, tout comme pour « Anton le barbare« , un double monde est évoqué : « Mais suis-je vraiment dans mon monde ? ». Est-ce un film baroque qu’a réalisé la Ertemel Production, comme en plus peut le suggérer les paroles « Etre ou ne pas être, telle est la question » ? Nous verrons plutôt dans ces figures de style la volonté de montrer la résonance entre notre monde réel et celui de notre imagination (incarné par les films d’Ertemel Production), de nos rêves (téléportation), de nos désirs (Bruno Valcel semble éprouver un malin plaisir à donner libre cours à sa violence…) ; et le passage si facile de l’un à l’autre par Bruno Valcel nous prouve bien que tous nos désirs sont possibles, et que même les idées les plus folles peuvent se réaliser.

Enfin, on peut remarquer une forte violence dans ce film : choc dans une voiture, énucléation d’un œil, arrachage d’une main… Pourquoi donc Bruno se montre t-il si méchant ? Premièrement, comme nous l’avons vu, pour renforcer le contraste avec les scènes de Popi. Mais c’est aussi un moyen de  montrer que les bons ne sont pas forcément ce qu’ils semblent être ; que « les apparences sont parfois trompeuses ». Livrant ainsi un portrait ambigu de l’homme du futur…

Au final, « Insequor«  est un film plein de contrastes qui apparaît comme un message d’espoir et de confiance en l’Homme.

Bande-annonce :

Le film :

Cliquez ici pour voir le film

Publicités

3 réponses à “« Insequor » (février 2009)

  1. Pingback: Notna-Cram Levalc « Ertemel Production·

  2. Pingback: Imer Ertemel « Ertemel Production·

  3. Pingback: Mit Iccot « Ertemel Production·

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s